12/12/2008

George Sande Alfred Musset

dyn001_original_214_309_pjpeg_2616354_81e4e09495e3be9197cd616f56550350[1]

 

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées,
Bel ange aux yeux d'azur, aux paupières voilées,
Amour, mon bien suprême, et que j'avais perdu !
J'ai cru, pendant trois ans, te vaincre et te maudire, 
Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire, 
Au chevet de mon lit, te voilà revenu.
 
Et bien, deux mots de toi m'ont fait le roi du monde,
Mets la main sur mon coeur, sa blessure est profonce ;
Elargis-la, bel ange, et qu'il en soit brisé !
Jamais amant aimé, mourant sur sa maîtresse, 
N'a sur des yeux plus noir bu la céleste ivresse,
Nul sur un plus beau front ne t'a jamais baisé !
 
Alfred De Musset
musset2                  plume encrier 16 07

 

20:54 Écrit par estelle dans Ecrivains | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour votre commentaire,mais je voudrais en savoir plus
sur votre personne Raphael
bonne année à vous

Écrit par : estelle | 01/01/2011

Les commentaires sont fermés.